Samedi, 11 Juillet 2020
Accueil quotidien mutations sante Emile Ella Mgbwa: « On va harmoniser les grilles d’évaluations pratiques »

Emile Ella Mgbwa: « On va harmoniser les grilles d’évaluations pratiques »

51
- Publicité -

Le directeur des ressources humaines au ministère de la Santé publique revient sur les recommandations de la première conférence annuelle des directeurs d’établissements de formation des personnels infirmiers, sages-femmes/maïeuticiens et médico-sanitaires, tenue à Yaoundé du 25 au 26 juin dernier.
Par Guy Martial Tchinda

Quels sont les enjeux de la première conférence des directeurs d’établissements de formation des personnels infirmiers, sages-femmes/maïeuticiens et médico-sanitaires, tenue à Yaoundé du 25 au 26 juin dernier, et dont vous avez coordonné les travaux ?
Avant de parler des enjeux, je voudrais préciser que lors de l’ouverture solennelle des travaux, le ministre de la Santé publique (Minsanté) a requis une minute de silence pour rendre un vibrant hommage aux personnels de santé décédés des suites du COVID-19, de même qu’aux familles endeuillées du fait de cette malheureuse pandémie. Il a saisi l’occasion pour adresser des félicitations aux professionnels de santé des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, particulièrement à ceux de Batibo et d’autres équipes enseignantes desdites régions qui se sont illustrés de façon positive malgré la situation sécuritaire qui sévissait et continue de sévir dans ces régions. Il les a par conséquent invités à poursuivre la formation des personnels de santé dans cette zone du pays. En outre, le chef du département a relevé des améliorations à apporter par la direction des ressources humaines dans la gestion des examens de certification et des concours.
En ce qui concerne les enjeux, le Minsanté réitéré les défis de ces assises à savoir faire un examen sans complaisance des résultats obtenus tout au long de l’année écoulée et proposer de nouvelles perspectives en vue de renforcer ou de conforter les acquis. Ce qui reviendrait à faire le point de certaines activités menées par le Minsanté dans le cadre de ses missions classiques de formation ; évaluer les actions stratégiques déclinées dans le cadre de ces activités ainsi que les outils, mécanismes et moyens de leur mise en œuvre. Le ministre de la Santé publique a fustigé les auteurs de mauvaises pratiques à proscrire dans les établissements de formation sanitaire. Aussi a-t-il exhorté les directeurs desdites écoles qui se livreraient ou continuent de se livrer à de tels agissements à y renoncer, faute de quoi des sanctions appropriées seront prises à leur encontre. Le chef du département a terminé son propos en invitant les participants à intégrer l’approche digitale dans les méthodes d’enseignement actuelles.

Parlez-nous du déroulement des travaux qui se sont, pour l’essentiel, tenus en ateliers.
L’approche interactive a été adoptée comme méthode de travail. Des thèmes d’exposés ont été proposés. Le premier thème s’est articulé autour de la revue des recommandations du 21e Conseil de direction. Cette présentation n’a pas appelé de commentaires particulier. Néanmoins, les recommandations non-exécutées ont été reconduites à savoir explorer au cours d’un atelier la possibilité de l’adoption de l’approche par compétences dans toutes les écoles ; réactiver les cellules pédagogiques ; restaurer les primes pour les travaux spéciaux des écoles.
Le 2e thème a traité de la gestion des crédits des écoles (crédit spécial) et de la réforme des régisseurs dans les écoles de formation. Pour ce qui est de la gestion des écoles et du crédit spécial, cette présentation a d’une part décliné les différents organes chargés de la gestion administrative des écoles de formation, ainsi que les compétences du directeur de l’école en matière financière. D’autre part, elle a explicité le concept de crédit spécial et a mis en lumière les rubriques qui le constituent. Deuxièmement, il a été question de traiter de la réforme de régisseurs dans les écoles de formation. L’exposé y afférent s’est appesanti sur le cadre juridique encadrant l’activité de régie de recettes. Et le rapport de circonstance a précisé que le régisseur est l’auxiliaire du comptable public, à qui il rend compte. Par ailleurs, la nomination de régisseurs auprès des écoles publiques de formation consacre le principe de la séparation des fonctions de « coordonnateur » et de « comptable ». Les recettes générées par lesdites écoles étant des recettes affectées.

Qu’en est-il de l’harmonisation des grilles d’examens pratiques de certification qui était jusque-là en débat ?
Cela a constitué le troisième thème. Les participants ont tranché sur l’harmonisation de la grille d’évaluations des examens pratiques de certification, ainsi que sur la révision des curricula de formation. L’exposant a souligné l’importance du volet pratique dans la formation des personnels de santé et a relevé le danger du défaut d’harmonisation des grilles d’évaluation pratiques. Au sujet des curricula de formation, il s’est agi pour l’orateur de ressortir la nécessité d’arrimer les curricula de formation aux besoins de santé cliniques et communautaires, selon les besoins pathologiques et technologiques actuels. En ce qui concerne l’évaluation de la formation des sages-femmes/maïeuticiens et à l’harmonisation de la présentation des résultats semestriels 🙁 mastership et relevés de notes), cet exposé a fait le point de la formation des sages-femmes/maïeuticiens depuis l’ouverture des écoles de 2011 à nos jours en insistant sur les difficultés rencontrées dans l’élaboration des relevés de notes.
Le thème 5 quant à lui s’est appesanti sur l’harmonisation du format de présentation de résultats de certification et la nécessité de la révision de la décision portant organisation des enseignements. Il ressort de cet exposé que les examens de certification et le concours d’entrée dans écoles de formation des personnels de santé sont régis par un texte règlementaire qui recèle bon nombre d’insuffisances. Raison pour laquelle, l’administration a mis sur pied un dispositif ad hoc pour l’organisation desdits examens depuis l’année académique 2018/2019, lequel prend des actes afin d’assurer la continuité du service, ceci dans l’attente de la mise en place de nouveaux textes.

Parlez-nous des recommandations formulées au terme de ces travaux.
La première a été celle de former les directeurs des écoles et les régisseurs et les chefs de services des affaires financières sur les nouvelles techniques de gestion. Il a aussi été recommandé de mettre sur pied un groupe de travail Minfi/Minsanté, chargé de mener la réflexion sur la gestion des ressources provenant des établissements privés de formation ; d’ouvrir des comptes des écoles publiques dans les services du trésor public ; d’harmoniser les grilles d’évaluation pratiques au Minsanté et les mettre à la disposition des différentes écoles de formation.
A long terme, le ministère de la Santé devrait pouvoir construire une équipe de SkySlab au niveau des écoles, ce qui permettrait tant aux enseignants qu’aux apprenants de mieux acquérir les compétences nécessaires ; mettre en place un groupe de travail chargé de proposer, avant la prochaine année académique, les curricula révisés des filières déjà existantes et ceux des nouvelles filières ; arrimer les curricula de formation Bacc+, au système Lmd ; initier une rencontre entre les différents départements ministériels impliqués dans la formation des personnels de santé (Minsanté, Minesup, Minefop), afin de faire la lumière sur la compétence de chacune de ces administrations.
Autre chose, former les responsables des écoles et ceux de la Drh du Minsanté au procédé de production de relevés de notes et graduation des listes ; développer une plateforme informatique de gestion des résultats des examens semestriels ; mettre sur pied un groupe de travail devant se pencher sur la classification professionnelle des personnels de santé ; former un groupe de travail impliquant les services du Premier ministre, ministère de la Santé, le Minfopra, le Moinfopra, le Minesup à l’effet de réviser certaines dispositions du décret n° 80/198 du 09 juin 1980, portant statut des établissements de formation des personnels sanitaires ; constituer un groupe de travail, afin d’élaborer les textes organisant les examens et concours au sein du ministère de la Santé de sorte qu’ils soient implémentés dans les prochains examens de certification du mois d’août 2020 en termes de composition du jury, signataires des Tv et gestion et toutes choses qui consignées dans les travaux et recommandations à l’atelier.
Il faudra également renforcer les capacités des enseignants en pédagogie ; organiser des descentes dans les écoles afin de faire une évaluation pédagogique qui aurait trait à la couverture des programmes, au contenu des enseignements, au respect des quotas horaires, etc.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP