Lundi, 6 Avril 2020
Accueil quotidien mutations societe Hervé Bourges:L’amoureux de l’Afrique quitte la scène

Hervé Bourges:L’amoureux de l’Afrique quitte la scène

191
- Publicité -

Le premier directeur de l’Esijy est décédé le 23 févier à l’âge de 86 ans des suites de maladies.

Par  Paulette Ndong

Hervé Bourges. Ce nom est connu en Afrique et particulièrement dans les écoles de journalisme au Cameroun. Le passage de l’un des fondateurs et tout premier directeur de l’Ecole supérieure internationale de journalisme de Yaoundé (Esijy) [1970-1976], devenue plus tard l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic),  a laissé des traces indélébiles. Le grand amphithéâtre de cette école porte son nom. Le baobab est mort le 23 février 2020 dans un hôpital parisien.

Agé de 86 ans, l’ancien président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (Csa) laisse une grande famille dans la consternation. « C’est un sentiment de stupéfaction qui m’habite. J’ai appris la nouvelle ce jour  [hier, 24 février 2020] en écoutant une radio étrangère», confie son ancien étudiant devenu enseignant de journalisme à l’Esstic, Paul Célestin Ndembiyembe.

Hervé Bourges, il l’a côtoyé. «Je suis de la 3e promotion de l’Esijy. Il a guidé chacun de nous. Moi c’était en presse  écrite», explique cet enseignant de rang magistral. Il fait également savoir qu’il y a trois ou quatre  mois, ils ont eu un échange. Et qu’au bout du fil, il a senti qu’il était affaibli. Selon Paul Célestin Ndembiyembe, son encadreur n’avait pas « cette rage qui était la sienne».

Bien que parti, « ce grand professionnel » laisse un grand héritage dans le monde de la presse. «Tout le développement médiatique qu’on observe en Afrique francophone, on le doit à Hervé Bourges. C’est grâce à lui que la presse a commencé à s’installer comme révélateur de conscience», précise le président du Conseil d’administration de l’Université de Dschang.  Avant d’ajouter que ses camarades de promotion et lui ont aimé et ont fait aimer le journalisme aux autres,  grâce à Hervé Bourges. « Il a beaucoup travaillé. Qu’il aille se reposer en paix. Nous lui sommes très reconnaissants », déclare le directeur général de la CRTV, Charles Ndongo.

Cette disparition, affecte également l’ancienne envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti (2010-2014) et par ailleurs ancienne secrétaire générale de la francophonie (2014 2018), Michaëlle Jean. Dans un tweet, elle lui a rendu hommage. « Nous qui l’admirions, avons fait appel à lui, pu  maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l’état de droit. Nous sommes profondément peinés», a-t-elle écrit sur son compte twitter.

Hervé Bourges est né le 2 mai 1933 à Rennes.  Journaliste et dirigeant de l’audiovisuel français, il a été le directeur de l’École supérieure de journalisme de Lille en 1976. L’autre du «Dictionnaire amoureux de l’Afrique » a dirigé ensuite Radio France internationale(Rfi),  puis il est nommé à la tête de TF1 avant de devenir le président directeur général de la Radio Monte-Carlo. Le 19 décembre 1990, Hervé Bourges est nommé à la tête d’Antenne 2 et de FR 3. C’est sous sa présidence qu’ont été rebaptisées les deux chaînes publiques sous les appellations de France 2 et France 3 le 7 septembre 1992 formant ainsi le groupe France télévisions.

Outre ses fonctions dans les médias, il a été un militant anticolonialiste  du temps de la guerre d’Algérie et un fervent défenseur de la francophonie. En 1993, il est nommé ambassadeur de France auprès de l’Unesco. En 2001, Hervé Bourges devient président de l’Union internationale de la presse francophone

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP